Mon Jeu Adopter Boutiques Forum Communauté Jeux Monde Guides

Découvre un monde plein de surprises, d'aventures et de magie ! Inscription



J'ai oublié mon mot de passe...

༗༇Qυεтzαℓcσαтℓ ❂

Mode d'édition

Inverser

Informations sur ༗༇Qυεтzαℓcσαтℓ ❂ :

Merci ! Tu viens de donner +2 point(s) d'expérience à cette créature !

Nom : ༗༇Qυεтzαℓcσαтℓ ❂
Espèce : Destrinos
Série : Unique 2017 (2017)
Type : Créature unique
Date d'adoption : 09 février 2017 20:28
Nombre de câlins 88
Points d'XP : 14536
Level 145
Lieu d'adoption : Aydo'h
Lieu de vie actuel : Gaïara
Sexe de la créature : Mâle

Histoire de cette créature :

Tout aurait pu commencer par le commencement, vous raconter la naissance peu banale et mystérieuse d'un être spirituel et divin, mélange d'un équidé, d'un serpent et d'un oiseau, de son ascension au panthéon des dieux les plus adulés de tout un peuple, mais cela aurait été bien pompeux et dénué d'interêt, alors passons à un instant clef de la vie de cet être surnaturel, un moment digne des plus grands romans d'amour à l'eau de rose (ou pas)

Quetzalcoatl, littéralement serpent à plume. Autant dire que le pauvre petit n'était pas parti avec des avantages, et pourtant ! Il était fort, il était beau, il sentait bon le sable chaud, et il était surtout un dieu ! Oui, un dieu ! Et quel dieu ! Le dieu de la végétation, divinité de la terre et de l'eau, et inventeur du calendrier, des arts, et des techniques de l'agriculture ! Pas étonnant que cet être peu commun ait pu s'imposer parmi les autres dieux aztèques, il était adulé, aimé, vénéré, et cependant, il n'était pas heureux. Malgré l'amour de ses fidèles, Quetzalcoatl ne comprenait pas pourquoi il se sentait si vide, si triste. Les fêtes étaient somptueuses en son honneur, et tous les efforts du peuple pour le divertir ne réussissaient à faire disparaître ce regard appelant à la pitié, jusqu'à ce que son frère aîné, Tezcatlipoca, ne lui souffle à l'oreille les raisons de son désarroi : « La solitude ». Oh, Quetzalcoatl était entouré par bien des hommes, mais personne ne partageait au fond sa vie, personne ne le comprenait véritablement, et le dieu réalisa qu'une vie éternelle sans âme sœur n'était envisageable.

 

Après avoir réalisé qu'il avait besoin d'une partenaire pour vivre heureux dans l'immortalité, Quetzalcoatl éplucha les petites annonces divines, et il fut bien dépité de constater qu'aucune déesse ne partageait ses envies et ses principes, surtout en matière de sacrifices. Il était contre ces rytes ancestraux, mais aucune déesse ne rejoignait ses convictions dans ce domaine, et il ne se voyait pas assister à ces actes de barbaries qui le répugnaient au plus haut point ! Las de ses recherches infructueuses, Quetzalcoatl s'enferma dans son temple d'or et de pierres précieuses, refusant l'accès aux prêtres pendant des jours, des semaines et même des mois, jusqu'à ce que de nouveau, Tezcatlipoca revienne le voir. « Viens à la fête des dieux avec moi, mon frère » lui demanda le dieu de la nuit, et le serpent à plume accepta à contre cœur, agacé par ce frère tellement insistant. Et pourtant, oh qu'il eut bien fait de se rendre à cette fête où coulait alcool, miel et malheureusement sang de par les sacrifices demandés par les autres dieux.

 

Alors qu'il s'ennuyait, à regarder les étoiles sans joie, une créature des plus divines apparue non loin de lui.Xochiquetzal, la déesse de l'Amour et de la Beauté. Qu'elle portait bien son nom, cette radieuse déesse ! Et là, vous vous dîtes, ce fut un véritable coup de foudre entre les deux dieux, ils s'en allèrent en direction du neuvième ciel puis ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants n'est ce pas ? Bien sur que non, ceci n'est pas un Disney, et cela aurait été bien trop simple vous ne trouvez pas ? Imaginez donc l'entrée de la belle Xochiquetzal, couverte de fleurs et de plumes, et dont le cortège se composait de papillons et d'oiseaux aux milles couleurs, dont de majestueux Quetzal, le symbole même du dieu Quetzalcoatl. Ca ne pouvait donc être qu'un signe du destin, il en était persuadé, mais hélas, le regard de la belle quand elle tourna sa majestueuse crinière vers lui ne fut pas celui escompté, relevant plus du dégoût que de l'admiration. Respirant profondément, le dieu serpent prit son courage à deux mains et osa aller à la rencontre de la déesse de l'Amour qui ne lui porta aucun regard. Mais il se montra pourtant insistant, et Xochiquetzal dut se rendre à l'évidence que, certes, il avait des écailles de serpent sur le corps, mais il avait de la conversation et de l'humour., cependant son apparence lui était pourtant insupportable, même si son tatouage Quetzal lui donnait un certain attrait. Mais ça ne pouvait être suffisant pour la belle, car elle était déjà fiancée, et elle s'en alla avec grâce, laissant le pauvre Quetzalcoatl seul et dépité.

 

Le lendemain de la fête, Quetzalcoatl n'avait qu'une seule pensée en tête, la belle Xochiquetzal. Fiancée, elle lui était inaccessible, et c'était bien cela le problème. Les jours passaient, et il parvenait cependant pas à la retirer de sa tête. Il se concentra donc encore plus sur son rôle de dieu, bénissant ses fidèles, leur apportant prospérité et bonheur, jusqu'au jour où il entendit une nouvelle qui le désarma : Son propre frère, Tezcatlipoca, avait enlevé Xohiquetzal pour la forcer à l'épouser. Il n'en revenait pas, il ne pouvait le croire, mais que pouvait-il faire ? Quetzalcoatl se renseigna, attendit, mais il fut stupéfait d'apprendre que le fiancé de la délicate déesse n'entreprenait rien pour la sauver, et fou de rage, le serpent à plume s'envola vers la tanière de son frère pour délivrer Xochiquetzal. Alors que leur relation était pacifique, les deux frères se livrèrent un combat sans merci, serpents contre jaguars, mais Quetzalcoatl n'aurait jamais tenté de tuer son propre frère, mais Tezcatlipoca n'était pas de cet avis.Et malgré toute la violence dont son frère faisait preuve, l'amour sincère que qu'il portait à la déesse de la beauté fut bien plus fort, et il vainquit son frère, l'obligeant à poser genou à terre.

 

Délivrant Xochiquezal, Quetzalcoatl la posa près de la demeure de son fiancé, la mort dans l'âme avant de repartir dans son royaume et retrouver la solitude qui l'accompagnait. Il l'avait sauvé, mais elle appartenait toujours à quelqu'un d'autre, alors il ne pouvait agir comme son frère et la kidnapper pour son propre désir. Plusieurs jours passèrent, et Quetzalcoatl ne parvenait pas à enlever la déesse de ses pensées, sans doute à cause des quetzals qui voletaient dans son domaine, symboles des deux dieux. Mais un soir, alors que le ciel était couvert d'étoiles, le serpent ailé leva les yeux au ciel et découvrit le magnifique spectacle de la gracieuse Xochiquezal virevoltant jusqu'aux portes de son temple. Se posant délicatement devant le dieu, la jeune déesse avoua à Quetzalcoatl qu'elle s'était éprise de lui. Bien qu'elle avait les serpents en horreur, elle avait véritablement savouré sa compagnie lors de la fête,et ses sentiments s'étaient confirmés après qu'il soit le seul à se battre pour elle et la délivrer. Elle rompit ses fiançailles pour le retrouver, préférant vivre seule qu'avec quelqu'un d'autre que lui.

Depuis cet aveu, Quetzalcoatl n'a plus jamais été le même, il était encore plus bienveillant que d'ordinaire, la joie régnait dans tout son royaume, car il ne connut plus jamais la solitude, Xochiquetzal partageant désormais sa vie. Si sa relation avec son frère Tezcatlipoca a été terni à jamais, la jalousie rongeant celui ci que son propre frère ait obtenu le cœur et la main de la déesse Xochiquetzal, Quetzalcoatl devint le dieu le plus apprécié de tout le royaume. Et désormais, on peut l'écrire, Quetzalcoatl et Xochiquetzal vécurent heureux, et eurent beaucoup de quetzals.

 

 

 

De quetzalli (plume précieuse) et cóatl (serpent), Quetzalcóatl désigne le Serpent à plumes, l'une des principales divinités du panthéon de l'ancien Mexique,considéré comme un dieu de la végétation. On disait qu'il était descendu, avec son compagnon Xolotl, dieu à tête de chien, au fond des enfers de Mictlán pour rassembler les ossements des morts. Ces os, il les oignait de son propre sang, donnant ainsi naissance aux hommes de l'actuel univers.

L'incarnation principale de Quetzalcóatl était celle du serpent à plumes – un serpent à sonnettes recouvert de magnifiques plumes vertes de quetzal. Sous sa forme humaine, il portait un masque à bec d'oiseau avec des lèvres soufflant le vent, ou bien sa tête était un crâne, l'os de la renaissance. Sa peau était pâle. Sa représentation était revêtue d'une carapace de forme hélicoïdale en guise de plastron (symbole de trombe), d'un chapeau en forme de cône tronqué recouvert d'une peau de jaguar (représentant l'enchanteur), de boucles d'oreilles en coquillage (symboles de son voyage dans les enfers océaniques), d'un pagne à la pointe arrondie (symbole de fertilité) et enfin d'un masque d'oiseau (symbolisant l'air).

Tout un ensemble de mythes décrit Quetzalcóatl comme le prêtre roi de Tula, capitale des Toltèques. Les Mixtèques, les Aztèques, les Mayas et surtout les Toltèques le vénéraient, et certaines sources évoquent que cette vénération de Quetzalcoatl incluait parfois des sacrifices humains, bien que certaines traditions affirment qu'il était opposé à ces pratiques. En effet, certaines sources affirment qu'il n'offrit jamais de victimes humaines, mais seulement des serpents, des oiseaux et des papillons.Ensuite, il existait une pratique assez répandue, commune au culte des autres divinités, celle de l'autosacrifice. Consistant en une saignée rituelle plus ou moins douloureuse exercée sur soi et parfois sur des prisonniers, cet acte, extrêmement codifié, était fréquent dans les sociétés précolombiennes ; cette pratique s'identifiait aux différentes formes de la mortification rituelle dans les religions où la notion d'expiation du mal est présente.

Selon les Annales de Cuauhtitlan, Quetzalcoatl, souverain de Tula, la capitale des Toltèques, fut séduit par son frère aîné Tezcatlipoca, qui, jaloux de son rival, usa de la magie noire, l'enivra et l'amena à rompre son vœu de chasteté. Chassé de Tula, Quetzalcoatl parvint au bord de la mer, où il s'immola par remords pour renaître sous la forme de la planète Vénus. D'après une autre version, il se serait embarqué sur un radeau formé par des serpents et aurait disparu au-delà de l'horizon oriental.

Si Quetzalcoatl et Tezcatlipoca sont parfois ennemis, ils sont alliés à d'autres occasions. C'est le cas dans le mythe de la création de la terre, que nous connaissons par l'Histoire du Méchique. Ayant transporté la déesse de la terre, redoutable créature « qui était à toutes les jointures pleine d'yeux et de bouches avec lesquelles elle mordait comme une bête sauvage », depuis les cieux « jusqu'en bas », où il n'y avait que de l'eau, les deux dieux se transformèrent en deux grands serpents. Ils saisirent la déesse et la déchirèrent en deux. De la première moitié ils firent la terre et l'autre, ils l'emportèrent au ciel, provoquant l'irritation des autres dieux. Pour dédommager la déesse, ils veillèrent à ce que sorte d'elle tout ce qui était nécessaire aux hommes : de ses cheveux les arbres, les fleurs et les herbes, de sa peau l'herbe menue et les petites fleurs, de ses yeux les fontaines les puits et les petites grottes, de ses bouches les rivières et les grandes grottes, de son nez et de ses épaules les vallées et les montagnes. Ce mythe se termine par une explication de l'origine du sacrifice humain : lorsque la déesse pleure et qu'elle ne veut pas dispenser aux hommes ses fruits, seul le sang humain peut l'apaiser.

Prêtres et rois prenaient quelquefois le nom du dieu avec lequel ils étaient associés, ce qui fait que Quetzalcoatl ou Kukulkán est aussi le nom porté par des personnages historiques.

 

*

Interessée par la mythologie Maya, mon choix pour cet unique a été vite réfléchi.

La difficile mission de Calie fut alors de représenter le dieux Quetzalcoatl, en s'inspirant de certains de mes critères.

 Après avoir choisi, l'espèce, le destrinos 1, il fallut s'interesser aux teintes. Je désirais des teintes se rapportant énormément à la civilisation maya, le vert, le rouge, et surtout, l'or. Si je souhaitais des coloris proche des pastels, je rêvais de pouvoir associer un accessoire particulier à mon unique, sans que cela ne fasse rajout, mais ne sachant pas la couleur définitif  de celle que je choisirai, Calie a fait en sorte que les deux paires d'aile puissent convenir au mieux.

 

Quetzalcoatl est le dieu serpent dans la mythologie Maya, Calie est parvenue à le sublimer avec ces écailles de reptile lui recouvrant le corps, tout en réhaussant un peu au passage les teintes de rouge

 Quetzalcoatl, le serpent à plume. Après avoir obtenu ses écailles, mon unique s'est vu revêtir d'une magnique plume sur sa queue, tandis qu'un majestueux quetzalcoalt, oiseau réel des forêt d'amazonie se dessine contre lui. Mais la question porta beaucoup sur la couleur de l'oiseau et il fut décidé de lui offrir des couleurs semblables aux magnifiques forêts de son habitat naturel.

 

 

 Et pour terminer le tout, quelques volutes stylisées sur son cou ont été subtilement ajoutées pour le rendre définitivement unique

 

Ainsi naquit mon unique, le majestueux et incomparable Qυεтzαℓcσαтℓ

Créature unique remportée grâce à ma première place aux GothiOlympic 2016 le 21 aout

Score : 133421 points apportés à l'équipe d'Infermo